Close menu

La Bourse de Commerce

La Bourse de Commerce – Pinault Collection

La Bourse de Commerce est un nouveau site de présentation de la collection Pinault, à Paris. Dédiée à l’art contemporain vu au travers du prisme de la collection, elle présente des accrochages thématiques et des expositions monographiques, mais aussi des productions nouvelles, des commandes, des cartes blanches et des projets in situ. Ouverte à tous les publics et à toutes les disciplines artistiques, la Bourse de Commerce propose des programmes pédagogiques, des conférences et rencontres, des projections et concerts, des performances.

 

Maquette de la Bourse de Commerce montrant l’emboîtement dans l’atrium du cylindre conçu par Tadao Ando.
2 rue de Viarmes, 75001 Paris

 

 

Le projet culturel de François Pinault se déploie, depuis 2006, selon un triple principe. Celui, d’une part, d’un réseau de musées permanents, installés à Venise : le Palazzo Grassi, complété en 2013 de son auditorium, le Teatrino, et la Pointe de la Douane, tous trois conçus ou réhabilités par Tadao Ando. Celui, d’autre part, d’un programme d’expositions hors les murs, en partenariat avec de nombreuses institutions en France et à l’étranger, qui permet de confronter les oeuvres de la collection à des contextes et à des publics renouvelés. Celui, enfin, du développement d’initiatives en faveur du soutien à la création et de l’histoire de l’art, comme la résidence d’artistes de Lens ou le prix Pierre Daix.

Avec la Bourse de Commerce, à Paris, la Collection Pinault change ainsi d’échelle. Elle renforce son réseau de sites culturels permanents, tout en préservant l’identité de chacune de ses composantes. La Bourse de Commerce occupera une place centrale dans ce dispositif original, en entretenant avec le Palazzo Grassi, la Pointe de la Douane et le Teatrino des relations de collaboration, de complémentarité et de synergie.

La Bourse de Commerce aura vocation à présenter une programmation conçue à partir d’accrochages thématiques d’oeuvres de la collection Pinault, de monographies consacrées à ses artistes majeurs, de commandes spécifiques, de cartes blanches, et de projets in situ. Ces expositions, de durées variables, s’articuleront dans les différents espaces de manière à proposer au public une offre permanente tout au long de l’année. Celle-ci s’accompagnera d’une dense programmation culturelle et éducative, dotée d’espaces dédiés.

Le projet architectural de la Bourse de Commerce consacre à la programmation et à l’accueil du public le plus d’espace possible, les bureaux, espaces techniques ou de réserves étant réduits au minimum, et presque entièrement localisés à l’extérieur du site.

Il propose ainsi environ 3000 m2 d’espaces d’expositions, aux surfaces variées (modules de 100 à 600 m2), utilisables de manière autonome ou combinée pour pouvoir, le cas échéant, accueillir des projets nécessitant un déploiement de grande ampleur. Les volumes allant de l’intime au monumental, sont pensés pour accueillir le plus justement possible des oeuvres de techniques et de formats divers, de la photographie aux grandes installations en passant par la peinture, la sculpture ou la vidéo.

Les espaces d’exposition sont complétés par un auditorium de 300 places, susceptible d’accueillir dans les meilleures conditions conférences, colloques, projections, concerts…, ainsi qu’un vaste foyer, et une « boîte noire » propice à la présentation d’installations vidéos, de performances et de formes expérimentales.

Un soin particulier, assorti du nécessaire pragmatisme qu’imposent les contraintes d’un bâtiment historique, est apporté aux conditions de climat et de lumière, tant artificielle que naturelle, aux aspects techniques des installations (charge au sol, accès, montecharges…) ainsi qu’à la dimension de lisibilité, de continuité et de confort du parcours du visiteur.

L’état d’esprit qui préside au projet architectural et muséographique est celui d’un dialogue serein, bienveillant et non autoritaire avec le contexte historique et patrimonial, avec les oeuvres et avec le public.

 

Martin Bethenod, directeur général délégué

La Pinault Collection

Histoire de la Pinault Collection

Amateur d’art, François Pinault est l’un des plus grands collectionneurs d’art contemporain. Sa collection réunit un ensemble de plus de cinq mille oeuvres couvrant aussi bien le XXe siècle que le siècle présent. Sa démarche se nourrit d’une volonté de partager sa passion avec le plus grand nombre, d’un engagement durable envers les artistes et d’une exploration permanente des nouveaux territoires de la création.

Depuis 2006, le projet culturel de François Pinault s’oriente autour de trois axes : une activité muséale à Venise ; un programme d’expositions hors les murs ; et des initiatives de soutien aux créateurs et de promotion de l’histoire de l’art.

L’activité muséale, d’abord, se déploie sur deux sites d’exception à Venise : le Palazzo Grassi d’une part, acquis en 2005 et inauguré en 2006, et la Punta della Dogana d’autre part, ouverte en 2009. Ces espaces ont été restaurés et aménagés par l’architecte japonais Tadao Ando, lauréat du Prix Pritzker. Dans ces deux musées, les oeuvres de la Collection Pinault font l’objet d’accrochages régulièrement renouvelés et toutes les expositions donnent lieu à l’implication active des artistes, invités à créer des oeuvres in situ ou à réaliser des commandes spécifiques. Le Teatrino, réalisé par Tadao Ando et ouvert en 2013, propose un important programme culturel et pédagogique dans le cadre de partenariats noués avec les institutions et les universités vénitiennes, italiennes et internationales.

Au-delà de Venise, les oeuvres de la Collection font régulièrement l’objet d’expositions à travers le monde. Elles ont ainsi été présentées à Paris, Moscou, Monaco, Séoul, Lille, Dinard, Dunkerque, Essen… et, en juin 2017, à Stockholm, au Fotografiska Museet. Sollicitée par des institutions publiques et privées du monde entier, la Collection Pinault mène également une politique soutenue de prêts de ses oeuvres.

Parallèlement, la Collection Pinault est à l’origine d’initiatives de soutien aux artistes contemporains d’une part, et de promotion de l’histoire de l’art moderne et contemporain d’autre part.

François Pinault s’est ainsi associé à la Ville de Lens et à la région Hauts-de-France pour créer une résidence d’artistes dans l’ancienne cité minière. Située dans un presbytère désaffecté, réaménagée par l’agence NeM / Niney & Marca Architectes, elle a été inaugurée en décembre 2015. Le choix des résidents se fait en étroite concertation entre la Collection, la DRAC et le FRAC Hauts-de-France, le Fresnoy — Studio national des arts contemporains et le Louvre-Lens. Après le duo d’Américains Melissa Dubbin et Aaron S. Davidson en 2016, c’est la Belge Edith Dekyndt qui occupe la résidence jusqu’en août 2017. Elle sera suivie par le Brésilien Lucas Arruda (à partir de septembre 2017) puis par le Franco-Marocain Hicham Berrada (à partir de septembre 2018).

En hommage à son ami l’historien Pierre Daix, disparu en 2014, François Pinault a créé le Prix Pierre Daix qui distingue chaque année un ouvrage d’histoire de l’art moderne ou contemporain. En 2018, pour la quatrième édition, c'est Pérégrinations. Paysages entre nature et histoire de Pierre Wat, paru aux éditions Hazan qui a été primé.